le Grand Dijon
Regards sur ...
 Institution
 Territoire & Attractivité
 24 communes
 Cité de la gastron...
 Capitale touristiq...
 Les Climats de Bou...
 Domaine viticole d...
 Le périurbain agri...
 Atouts
 Géographie
 Le SCOT
A votre service
Divia
Piscine
Latitude 21
Site Trions Nos Dechets
Zenith Dijon
Dijon

Liens
Documents
Chiffres clés
Contact
Cartographie


sam. 3 décembre 2016
 
Découvrir  
  Accueil / Regards sur ... / TERRITOIRE & ATTRACTIVITÉ
 
  Capitale touristique et gastronomique

 
Centre-ville piétonnier, patrimoine valorisé, musée des Beaux-Arts revisité, projet de Cité internationale de la gastronomie, classement des climats du vignoble de Bourgogne au patrimoine de l’humanité...

Evénements culturels majeurs à l’Opéra ou au Zénith, fêtes et manifestations populaires, oenotourisme autour de la route des grands crus…

Tout en dégustant un kir, confortablement installée à une terrasse de la place de la Libération, Julia se rappelle son précédent passage à Dijon, il y a une dizaine d’années. Elle se souvient du parking qui enlaidissait ce joyau de l’architecture classique. Sous ses yeux, aujourd’hui, les cyclistes côtoient les piétons, les touristes attablés laissent leurs enfants jouer avec les fontaines malicieusement alignées par Jean-Michel Wilmotte… Nulle part mieux qu’ici ne se mesure la métamorphose de Dijon. Le centre-ville de la capitale de la Bourgogne, la beauté de son musée des Beaux-Arts rénové, la notoriété de la gastronomie locale et la qualité des vins que l’on produit tout près d’ici, le long de la route des grands crus, font la notoriété de Dijon. Toute l’année désormais, des touristes venus de Paris comme de Pékin déambulent dans la ville.

Dijon, capitale gastronomique

Avant même l’ouverture de la Cité internationale de la gastronomie, sur le site de l’hôpital général, Dijon joue la carte de la gastronomie et des vins

Après une journée de découverte du secteur sauvegardé et des musées, le touriste urbain aime prendre le temps de se détendre devant un apéritif et un dîner typiques. La gastronomie et le vin constituent des buts de visite d’une grande majorité des touristes, en particulier à Dijon. « C’est une ville emblématique de la cuisine française, au coeur de la Bourgogne, qui incarne les valeurs d’une cuisine française appartenant au patrimoine éternel de l’humanité », explique Périco Légasse, chroniqueur et auteur du Dictionnaire impertinent de la gastronomie. Ces dernières années, de nombreux bars à vins ont ouvert leurs portes au coeur de la ville, permettant de renouer le lien historique entre Dijon et le vin.
À moins de préférer une terrasse, sur l’une des belles places de la ville : la place de la Libération est même considérée par le célèbre guide Lonely Planet comme l’une des 10 plus belles de France pour boire un verre ! Mais aussi place Émile-Zola, autour des halles, place de la République, place Darcy, rue Berbisey ou autour de la rue du Bourg, où des terrasses ont fleuri : en 10 ans, la surface de ces lieux de convivialité a été multipliée par six !

Les étoiles du Michelin
À l’heure de passer à table, les visiteurs de passage à Dijon pourront se tourner vers l’une des quatre tables étoilées au Michelin : Le Chapeau rouge de William Frachot (deux étoiles), Le Pré aux Clercs de Jean-Pierre et Alexis Billoux, le Stéphane Derbord restaurant et Loiseau des ducs de Louis-Philippe Vigilant… Ou pousser jusqu’à l’Auberge de la Charme, pour découvrir la cuisine de Nicolas Isnard et David Lecomte à Prenois. Ou opter pour les « Bib gourmands » : DZ Envies de David Zuddas et So de Takahashi. Moins chères, des tables authentiques courues, servies par de vrais chefs, ont ouvert en grand nombre ces dernières années, notamment dans les très beaux centres anciens de la plupart des communes du Grand Dijon…
Forte d’une longue liste d’adresses sans prétention ou carrément élégantes [plus de 400 au total], l’agglomération de Dijon s’impose de plus en plus comme une véritable capitale gastronomique, où les grands chefs comme les jeunes talents s’expriment avec bonheur en sublimant les produits du terroir et les vins de Bourgogne. Ils contribuent à l’attractivité de Dijon, qui est l’une des quatre villes fondatrices du réseau des Cités de la gastronomie. Une de ces « gastropoles » où l’on défend avec vigueur le « repas gastronomique des Français », c’est-à-dire la qualité des produits, le savoirfaire des cuisiniers, l’art du partage et la convivialité du bon repas.

Patrimoine, gastronomie, vins

«Un séjour à Dijon permettra de découvrir cette ville aux multiples facettes et notamment son incroyable dynamisme culturel, témoigne la rédactrice d’un site internet spécialisé dans le tourisme. À moins que l’on ne saisisse l’occasion de s’adonner à l’oenotourisme car Dijon s’impose comme la porte d’entrée d’un des plus prestigieux vignobles français.» Cet avis est largement partagé par les professionnels du tourisme – notamment par les tours-opérateurs étrangers, qui programment de plus en plus souvent Dijon dans leurs circuits –, et par ceux de l’hôtellerie, qui ont investi massivement dans le Grand Dijon ces derniers mois pour agrandir, rénover voire créer des hôtels. Par les acteurs du tourisme d’affaires et de congrès également, dans la foulée de la tenue à Dijon du plus grand congrès professionnel de France, celui des experts-comptables, en 2013.

Dijon voit désormais les choses en grand. Grâce à ses facilités d’accès, à ses infrastructures de transport, à ses équipements (musées, centres d’art contemporain, Opéra, Zénith…) et à sa programmation culturelle intense, Dijon est devenue une destination. L’ouverture de la Cité internationale de la gastronomie et l’entrée au patrimoine mondial, attendue en 2015, des climats du vignoble de Bourgogne, conforteront ce positionnement de « capitale touristique » de Dijon, qui disposera alors de tous les atouts dont puisse rêver une métropole régionale pour s’imposer dans le catalogue des villes qu’il faut avoir vues.
 

Dijon monte ! Découvrez le film pour prendre de la hauteur !

Bienvenue au coeur du terroir !

L’ouverture d’une boutique Fallot, rue de la Chouette, fait figure d’événement printanier à Dijon. La célèbre fabrique de moutarde crée, au coeur de la ville, un magasinatelier, sa seconde vitrine après la Moutarderie de Beaune. Après l’installation d’un restaurant du groupe Loiseau, cette ouverture est la preuve que Dijon a acquis une notoriété et une attractivité en matière de gastronomie et de vin. Une balade dans les rues de la ville est d’ailleurs l’occasion de découvrir les nombreuses boutiques de produits du terroir et les cavistes qui se sont multipliés ces dernières années.

À côté des enseignes «historiques» de la ville, à l’image de Mulot et Petitjean qui avait créé, il y a quelques années déjà, le concept nouveau « Bourgogne Street », ou de Maille, qui sert de la moutarde à la pression comme dans ses deux seules autres boutiques de Paris et de Londres, il y a de nouveaux venus, à l’image de La Rose de Vergy et de ses bons pains d’épices ou de Tartin’art, concept innovant autour du pain.

La célébration des produits du terroir a son lieu d’excellence : les halles de Dijon, mais aussi les marchés de quartier ou des autres communes de l’agglomération, par exemple le fameux marché dominical de Chenôve.

Le Grand Dijon, qui s’est rendu propriétaire du domaine agricole et viticole de La Cras sur les hauteurs de la ville, met un point d’honneur à préserver la ceinture verte de l’agglomération, et par là-même l’agriculture péri-urbaine nécessaire à la bonne marche des circuits courts. C’est aussi cela, la gastronomie !

 
A quelques kilométres de Dijon, en sillonant la route des Grands Crus à la découverte des Climats de Bourgogne...
Inscription des Climats des Vignobles de Bourgogne au patrimoine mondial de l'UNESCO

En décidant d’inscrire les climats du vignoble de Bourgogne sur la liste du patrimoine de l’humanité, le comité du patrimoine mondial de l’Unesco récompense un territoire, une histoire, une culture et une tradition.

Avec ses 1247 micro-parcelles (les climats) qui produisent toutes, des vins différents dont on se délecte dans le monde entier, le vignoble des Côtes de Nuits et de Beaune mérite à l’évidence son entrée dans le patrimoine mondial de l’Unesco, tout autant que les villes de Dijon et de Beaune, aux deux extrémités de la route des grands crus. L’histoire et les traditions liées au vin ont en effet façonné l’architecture de ces villes. Le cellier de Clairvaux, l’échansonnerie du palais des ducs de Bourgogne, l’industrie de la moutarde ou le domaine de La Cras...

Les climats constituent le quatrième site bourguignon classé au patrimoine mondial après l’abbaye de Fontenay, la basilique et la colline de Vézelay et la basilique de La Charité-sur-Loire.