le Grand Dijon
Découvrir
 Economie
 Déplacements
 Environnement [Déchets-Eau-En...
 Urbanisme & Habitat
 Orientations Urban...
 Ecologie urbaine
 Documents d'urbani...
 Politique de l'Hab...
 > Demande de logem...
 > Caution locative...
 > Tout savoir sur ...
 > Devenir propriét...
 > Investir dans un...
 > Lutter contre l'...
 > Rénover votre lo...
 > L'accueil des ge...
 Aménagement urbain
 Foncier | EPFL
 Voirie
 Chiffres clés urba...
 Etudes et doc
 Cohésion sociale et territoria...
 Enseignement & Recherche
 CarteCulture Etudiants
 Sport - Culture
 Complexe funéraire
 N.T.I.C.
 Europe et International
A votre service
Divia
Piscine
Latitude 21
Site Trions Nos Dechets
Zenith Dijon
Dijon

Liens
Documents
Chiffres clés
Contact
Cartographie


jeu. 8 décembre 2016
 
Regards sur ...  
  Accueil / Découvrir / URBANISME & HABITAT
 
  Ecologie urbaine
 

ECOQUARTIERS, une certaine idée de la ville

Ils dessinent une autre manière de vivre la ville, plus harmonieuse pour les habitants et plus respectueuse des grands équilibres naturels pour la planète.

Le terme d’écoquartier est apparu dans les pays nordiques (Stockholm, Malmö et Copenhague), en Allemagne (Hanovre et Fribourg-en-Brisgau) et en Angleterre (le quartier BedZED, à Londres). On y fait aujourd’hui de plus en plus souvent référence en Amérique du Sud, aux États-Unis, en Chine et… en France.
Derrière l’effet de mode, c’est pourtant ce que ce concept encore assez vague implique d’exigence qu’il faut retenir. Il y a autant de définitions de l’écoquartier qu’il y en a d’applications. Y concevoir des bâtiments à faible consommation d’énergies et des ressources naturelles, ainsi qu’une bonne gestion des déchets est logique. Tout aussi évidente est la priorité à y donner aux circulations douces. Autrement dit, on met en exergue le point de vue du piéton, utilisateur de transports en commun et ce n’est plus l’automobiliste qui impose sa loi. Mais on peut aller plus loin. Par exemple, en s’assurant de la mixité sociale ou encore en imaginant de nouvelles formes de gouvernance, plus participatives.

L’écocité Jardin des maraîchers : l’ensemble architectural prévoit la cohabitation harmonieuse entre population, modes de transports doux et véhicules automobiles (Conception : ANMA)

Les écoquartiers en cours de construction modifieront en profondeur la physionomie de la ville et totaliseront 10.000 logements à Dijon à l’horizon 2017

Les anciens abattoirs ne seront bientôt plus qu’un vieux souvenir. Sur 20 hectares à l’entrée sud-est de la ville, le célèbre cabinet parisien Nicolas Michelin & associés a imaginé une 'cité jardin' organisée autour d’une longue place publique, conçue comme un espace de rencontres et de repos. Dans cet écoquartier, 1.500 logements, 21.000 mètres carrés de commerces et services et 15.000 mètres carrés de bureaux sont prévus. "Le projet de Nicolas Michelin répond à la problématique d’une intensification urbaine compatible avec la douceur de vivre dijonnaise", explique Thierry Lajoie, directeur général de la Société publique locale d’aménagement de l’agglomération dijonnaise (Splaad), chargée du projet. Les premiers habitants sont attendus début 2015. L’écocité Jardin des maraîchers ne sera pas un quartier de plus, ni un quartier comme les autres. Nicolas Michelin, adepte du « génie du lieu », a imaginé un nouveau morceau de ville relié aux autres quartiers et il a tenu compte des besoins futurs de la population : « Dans cet écoquartier, éloigné du tramway, il faudra que les voitures circulent, mais à vitesse réduite et en cohabitation avec les piétons et les vélos, dans des “rues vertes” », explique l’urbaniste. Des solutions innovantes vont être imaginées, par exemple des îlots de stationnement dans les étages, au même palier que les appartements…

L’innovation urbaine, architecturale ou sociale, c’est le maître-mot dans chacun des quartiers  nouvelle génération qui sortent de terre à Dijon. À Heudelet 26 par exemple, une jeune équipe d’urbanistes, d’architectes et de paysagistes, menée par le cabinet dijonnais Studio Mustard, a été retenu par la Splaad. Sur le site de cette ancienne caserne, 300 logements et 3.500 mètres carrés de commerces et de bureaux sont prévus, avec cette fois un stationnement mutualisé à l’extérieur du quartier, la présence d’activités culturelles au coeur du quartier, la préservation d’une partie du patrimoine ancien et la création d’une « forêt » peuplée d’essences locales. Les travaux ont débuté et les premiers occupants sont attendus en 2014.

Dans toute la ville, des écoquartiers prometteurs sortent ainsi de terre. C’est le cas par exemple, sous l’égide de la Société nationale immobilière (SNI), sur le site de l’ancien hôpital militaire Hyacinthe-Vincent. Mais les regards se tournent aujourd’hui vers le 'Grand Sud', à l’entrée sud du centre-ville, où le Dijon du XXIe siècle va se construire, à l’emplacement de l’ancien hôpital, d’une ancienne minoterie et de sites militaires désaffectés. Avec la création de l’écoquartier de l’Arsenal (1.600 logements, 30.000 mètres carrés de bureaux, commerces et équipements) et l’opération Passages Jean-Jaurès (275 logements et résidences hôtelières, 8.000 mètres carrés de commerces), le visage de la ville sera profondément modifié par la création d’un ensemble d’écoquartiers qui totaliseront 6.500 logements.