le Grand Dijon
Découvrir
 Economie
 Déplacements
 Environnement [Déchets-Eau-En...
 Urbanisme & Habitat
 Orientations Urban...
 Ecologie urbaine
 Documents d'urbani...
 Politique de l'Hab...
 > Demande de logem...
 > Caution locative...
 > Tout savoir sur ...
 > Devenir propriét...
 > Investir dans un...
 > Lutter contre l'...
 > Rénover votre lo...
 > L'accueil des ge...
 Aménagement urbain
 Foncier | EPFL
 Voirie
 Chiffres clés urba...
 Etudes et doc
 Cohésion sociale et territoria...
 Enseignement & Recherche
 CarteCulture Etudiants
 Sport - Culture
 Complexe funéraire
 N.T.I.C.
 Europe et International
A votre service
Divia
Piscine
Latitude 21
Site Trions Nos Dechets
Zenith Dijon
Dijon

Liens
Documents
Chiffres clés
Contact
Cartographie


sam. 3 décembre 2016
 
Regards sur ...  
  Accueil / Découvrir / Urbanisme & Habitat / AMÉNAGEMENT URBAIN
 
  L'écoquartier Hyacinthe Vincent
 L'aménagement urbain dans l'agglo> L'écoquartier Hyacinthe Vincent <
 Le projet Grand SudLes emprises militaires
 L'écocité Jardin des Maraîchers

Hyacinthe-Vincent : un nouvel écoquartier est né

Les 190 premiers logements du nouvel écoquartier Hyacinthe Vincent ont été livrés cet été. L’hôpital militaire de Dijon n’est plus qu’un vieux souvenir...

Seize ans après la fermeture de l’hôpital militaire de Dijon, la vie reprend sur le site de Hyacinthe-Vincent. Cet été, les occupants des 190 premiers logements livrés, en façade de la nouvelle rue Angélique Ducoudray, se sont installés dans le quartier.

 

À terme, 534 logements sont prévus, dont 50 % de logements à loyer modéré qui seront réalisés par Scic Habitat Champagne-Bourgogne et par l’Opac de Dijon. La conception d’ensemble de l’écoquartier est signée SNI, filiale immobilière d’intérêt général de la Caisse des dépôts, Tria et le paysagiste Pascal Mayot. « L’exemple de la reconversion du site de l’ancien hôpital militaire de Dijon, fermé dans le cadre des restructurations de l’armée, est exemplaire », se réjouit Pierre Pribetich, vice-président du Grand Dijon en charge de l’urbanisme.

Tellement exemplaire que, dans ce quartier où les logements privés côtoieront les logements à loyer modéré, « nous envisageons d’expérimenter une nouvelle manière de gérer l’habitat, explique André Yché, président du directoire du groupe SNI, premier bailleur de France avec un parc de 300 000 logements. Grâce aux outils numériques, nous pourrons nouer un dialogue personnalisé avec chaque locataire afin de lui proposer un parcours résidentiel surmesure».

En attendant, les travaux continuent sur ce site de quatre hectares, idéalement situé, à proximité du CHU et du grand stade, près de la station de tramway Parc des sports et de l’entrée de la rocade et de l’Arc.

Les différents acteurs – groupe SNI, Semaad, Scic Habitat, Opac et promoteurs privés – vont investir pas moins de 95 millions d’euros dans la construction des bâtiments basse consommation du quartier, petits immeubles ou maisons de ville. Donnant par là-même du travail aux entreprises de bâtiment de l’agglomération dijonnaise. Le parc arboré de l’ancien hôpital est préservé, constituant un parc public au coeur du quartier.

Les premiers immeubles construits, dont les façades sont couvertes de bardages en bois, offrent, en rez-de-chaussée, 1300 mètres carrés de surfaces commerciales et de services de proximité. Une illustration de la mixité du site, dont deux hectares sont par ailleurs occupés, aujourd’hui, par le bâtiment dernier cri abritant les laboratoires du CHU et de l’établissement français du sang. Le quartier sera entièrement achevé à l’horizon 2014.