le Grand Dijon
Découvrir
 Economie
 Déplacements
 Environnement [Déchets-Eau-En...
 Accueil
 Déchets
 Energie
 Eau
 Qualité de la vi(l...
 Chiffres clés envi...
 Etudes et doc
 Urbanisme & Habitat
 Cohésion sociale et territoria...
 Enseignement & Recherche
 CarteCulture Etudiants
 Sport - Culture
 Complexe funéraire
 N.T.I.C.
 Europe et International
A votre service
Divia
Piscine
Latitude 21
Site Trions Nos Dechets
Zenith Dijon
Dijon

Liens
Documents
Chiffres clés
Contact
Cartographie


jeu. 8 décembre 2016
 
Regards sur ...  
  Accueil / Découvrir / Environnement [Déchets-Eau-Energie] / QUALITÉ DE LA VI(LL)E
 
  Qualité de la vi(ll)e / Installation de ruches
 J'agis pour la biodiversitéPrévention des risques d'inondation de l'Ouche
 Le guide du bon jardinierL’air
 > Installation de ruches <Le bruit
 Les sentiers du Grand Dijon

L'abeille première ouvrière de la biodiversité

La Ville de Dijon fait le buzz en accueillant plus d’un million et demi d’abeilles citadines dans ses parcs et jardins et en terrasses d’immeuble.

Ces insectes pollinisateurs, qui jouent un rôle essentiel en matière de biodiversité, trouveront refuge dans des ruches disséminées près du rucher historique de la Combe à la Serpent, dans les parcs de la Toison d’Or et de la Colombière, et au Jardin des Sciences et installés sur les toits de l’Auditorium et de la caserne des pompiers, rue du Transvaal.

Favoriser l'accueil des abeilles et des pollinisateurs sauvages pour maintenir une biodiversité urbaine riche et variée

Engagée dans l’usage du « zéro produit phytosanitaire », la Ville de Dijon montre l'exemple en optant pour des techniques raisonnées et alternatives dans l’entretien de ses espaces verts, en respectant la nature et en laissant s'accomplir les différents cycles d'évolution. Au total, ce sont 30 ruches, réparties sur 6 ruchers qui seront installées dans des parcs, jardins et toitures d'immeubles municipaux ou propriétés du Grand Dijon. Chacun des sites sera en mesure d'accueillir de 3 à 6 ruches, chaque ruche étant peuplé d'environ 50 000 abeilles. Plus d'1,5 millions d'abeilles viendront ainsi polliniser l’ensemble des espaces verts de Dijon.

Par ailleurs, le Jardin des Sciences (muséum, planétarium et jardin botanique) va développer un "programme biodiversité" qui intègrera l'Observatoire participatif et culturel de la biodiversité urbaine et la mise en place d'une stratégie globale d'éducation à l'environnement sur le territoire. Il portera plus particulièrement sur la connaissance et la sauvegarde des insectes pollinisateurs du territoire dijonnais, avec un suivi photographique de ces espèces coordonné par le Muséum National d'Histoire Naturelle de Paris. Ce programme proposera également des événements culturels (spectacles, journées festives, expositions itinérantes en plein air, rencontre avec des naturalistes, des apiculteurs ou des artistes).

En plaçant des ruches « Abeille, Sentinelle de l’Environnement® » en ville, l’Union Nationale de l’Apiculture Française permet à l’abeille de s’intégrer dans l’espace urbain et de sensibiliser le public à sa sauvegarde qui demeure, au-delà du monde des apiculteurs, un enjeu stratégique environnemental et économique majeur. Lancé en décembre 2005 par l’UNAF, ce programme reçoit le soutien de très nombreuses collectivités et des entreprises privés réparties sur l’ensemble du territoire français.

L’abeille, gardienne de la biodiversité

L’abeille contribue à la pollinisation (reproduction) de 80 % des espèces de plantes à fleurs de notre planète. Elle joue un rôle essentiel pour le maintien de l’équilibre des écosystèmes naturels et de notre agriculture. Elle contribue largement à la production alimentaire mondiale : 35 % de la quantité de notre alimentation et 65 % de sa diversité dépendent aussi de la pollinisation par les abeilles.

Une abeille butine en moyenne 700 fleurs par jour. Lorsqu’elle se pose sur une fleur pour en récolter le nectar ou le pollen dont elle se nourrit, l’abeille se frotte involontairement aux étamines de la plante (organe mâle) et se couvre de grains de pollen. Ces derniers se déposeront ensuite sur l’organe femelle d’une autre fleur, assurant ainsi la reproduction des plantes.

Le saviez-vous ?

 L’abeille vit en moyenne 20 à 35 jours, l’abeille d’hiver environ 170 jours.
 Une reine pond jusqu’à 2 000 oeufs par jour, 130 000 par an, près de 500 000 dans sa vie.
  Une ruche accueille environ 20 000 abeilles en hiver, jusqu’à 80 000 en été et produit en moyenne 13 kg de miel, selon les conditions climatiques, l’ampleur des ressources florales et la qualité de l’environnement.
 Le nectar butiné sera transformé en miel. La résine des bourgeons sera, quant à elle, transformée en propolis, une résine végétale souvent utilisée pour des produits thérapeutiques. Les abeilles produisent également de la cire et de la gelée royale.
 La plantation d’espèces végétales mellifères assure aux colonies d’abeilles un apport en nectar ou en pollen.
 Les pesticides sont l’une des principales causes de mortalité des abeilles.


Le miel, indicateur de biodiversité urbaine !

Grâce aux analyses des miels et des pollens qu'ils contiennent, on peut mettre en évidence l'évolution de la flore urbaine. De véritables « bulletins de santé » de l'environnement peuvent alors être établis avec précision.

 Voir les résultats des analyses du miel de Dijon
    

Clic sur les images ci-dessous pour agrandir