le Grand Dijon
Découvrir
 Economie
 Déplacements
 Environnement [Déchets-Eau-En...
 Accueil
 Déchets
 Energie
 Eau
 Qualité de la vi(l...
 Chiffres clés envi...
 Etudes et doc
 Urbanisme & Habitat
 Cohésion sociale et territoria...
 Enseignement & Recherche
 CarteCulture Etudiants
 Sport - Culture
 Complexe funéraire
 N.T.I.C.
 Europe et International
A votre service
Divia
Piscine
Latitude 21
Site Trions Nos Dechets
Zenith Dijon
Dijon

Liens
Documents
Chiffres clés
Contact
Cartographie


mer. 7 décembre 2016
 
Regards sur ...  
  Accueil / Découvrir / Environnement [Déchets-Eau-Energie] / EAU
 
  Eau / L'eau du Grand Dijon et sa carafe
 > L'eau du Grand Dijon et sa carafe <L'assainissement
 L'alimentation et les ressources

L'eau du Grand Dijon

Lors de sa création en 2000, la Communauté d'agglomération du Grand Dijon a pris les compétences « eau potable » et « assainissement » ensuite déléguées au Syndicat Mixte du Dijonnais. Afin de poursuivre les objectifs liés à la simplification institutionnelle, le Syndicat Mixte du Dijonnais a été  dissous le 31 décembre 2010.

La Communauté urbaine, créée en janvier 2015, exerce les compétences eau et assainissement.
 

 
Télécharger le rapport annuel Prix & qualité des services de la distribution d'eau potable et d'assainissement des eaux usées, voir le rapport d'activité 2015 
 

 
Un contrat gagnant-gagnant !

La collectivité réaffirme le choix du principe de délégation de service public en matière d’eau et d’assainissement, au travers d’un contrat réinventé pour préserver efficacement la qualité d’une ressource chaque jour un peu plus précieuse.

En 2001, le Grand Dijon négociait les contrats d’eau et d’assainissement de Dijon conclus en 1991 avec la Lyonnaise des Eaux, filiale de Suez Environnement, pour obtenir une baisse du prix de 11%. Dix ans plus tard, le 15 décembre 2011, le partenariat est confirmé à l’unanimité des élus de l’agglomération, suite à une réévaluation menée afin de tirer les conséquences  d’un arrêt (« Olivet ») du Conseil d’État de 2009. Ce dernier a en effet jugé que les délégations de service public passées avant 1995 et d’une durée supérieure à 20 ans devaient être réexaminées d’ici 2015, sous peine d’être caduques «sauf si les investissements réalisés par le délégataire ne sont pas encore amortis économiquement». Ce qui est le cas de Dijon, où la Lyonnaise des Eaux a engagé plus de 130 millions d’euros. Une rupture anticipée du contrat aurait entraîné remboursement ainsi que versement d’indemnités, le tout dépassant les 100 millions d’euros. Le Grand Dijon, plutôt qu’un potentiel et onéreux retour en régie, a fait le choix de la confiance : il poursuit le contrat jusqu’à son terme initial (2021), en inventant un modèle «gagnant-gagnant». Transparence, partage des gains de productivité et innovation en seront les piliers, gages d’une gestion vertueuse de ce bien précieux : concertée, efficace et durable.

Concrètement, la distribution de l’eau potable et le traitement des eaux usées de Dijon, Plombières-lès-Dijon et Talant continuent d’être assurés par la Lyonnaise des Eaux. L’entreprise maintient ainsi ses équipements, son expertise et ses savoir-faire, reconnus à  l’échelle de la planète, au bénéfice d’’un service public et d’une eau potable, la très certifiée «Dijonnaise», de haute qualité. Ce degré d’exigence, le Grand Dijon a veillé à le consolider au cours de la discussion contractuelle. La création d’un comité de surveillance paritaire et l’intervention d’un contrôleur de gestion missionné par le Grand Dijon permettront ainsi de suivre, à intervalle régulier, l’état d’avancement du contrat, aussi bien sur ses aspects techniques que financiers. Autre progrès, le partage des recettes entre l’entreprise et la collectivité permettra de créer deux fonds, l’un voué à la solidarité (des Chèques Ô de 50 € versés aux familles les plus fragiles), l’autre pour financer des travaux en matière de développement durable.

Si l’heure n’était pas à une nouvelle baisse des prix, qui serait «contre-productive au regard de la préservation des biens essentiels de la planète, en laissant penser que l’on peut consommer sans compter», la qualité du service public de l’eau est l’objectif prioritaire. Sur le terrain des solutions innovantes, les habitants pourront bénéficier de la télé-relève ou de l’alerte aux fuites, afin de maîtriser leur consommation. Quant aux autres communes de l’agglomération, soumises à d’autres contrats, un processus d’harmonisation tarifaire et technique est à l’oeuvre. C’est donc sur l’ensemble du territoire que la politique en matière de valorisation de l’eau se poursuit, où, comme le montre la station de traitement des eaux usées de Dijon-Longvic, entièrement restructurée fin 2007, on investit beaucoup sur l’or bleu !

A Dijon, il n'y a pas que les grands Bourgognes qui se carafent

Promouvoir l’eau du robinet, son bon goût et sa consommation au domicile des habitants de l’agglomération dijonnaise est une démarche qui s'inscrit dans le développement durable.

L’eau du robinet est un produit de qualité, car elle est :

  • Ecologique : disponible chez vous 24h/24, sans déplacement, sans emballage et sans déchet, l'empreinte écologique de votre eau du robinet est très faible.
  • Riche : votre eau du robinet contient des oligo-élémenls, des sels minéraux et du calcium.
  • Saine : elle est rigoureusement analysée, traitée et contrôlée pour vous garantir une qualité irréprochable.
  • La nature pour origine : elle provient exclusivement de ressources souterraines de deux origines différentes : les sources des vallées du Suzon et de l'Ouche, les nappes souterraines de la Saône, de l'Ouche et du « sud de Dijon ».
  • Agréable : son goût est testé régulièrement pour vous fournir une eau belle et bonne à boire.
    Le budget « eau du robinet » d'une famille de 4 personnes est de seulement 1 euro par jour en moyenne pour tous les usages : boisson, hygiène, cuisine...
  • Le Grand Dijon, la Lyonnaise des Eaux et l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie éditent une carafe en 2 modèles (1 litre et 0,5 litre).