le Grand Dijon
Découvrir
 Economie
 Déplacements
 Environnement [Déchets-Eau-En...
 Accueil
 Déchets
 Energie
 Eau
 Qualité de la vi(l...
 Chiffres clés envi...
 Etudes et doc
 Urbanisme & Habitat
 Cohésion sociale et territoria...
 Enseignement & Recherche
 CarteCulture Etudiants
 Sport - Culture
 Complexe funéraire
 N.T.I.C.
 Europe et International
A votre service
Divia
Piscine
Latitude 21
Site Trions Nos Dechets
Zenith Dijon
Dijon

Liens
Documents
Chiffres clés
Contact
Cartographie


sam. 10 décembre 2016
 
Regards sur ...  
  Accueil / Découvrir / Environnement [Déchets-Eau-Energie] / ACCUEIL
 
  Accueil / Accueil Environnement
 > Accueil Environnement <Je donne une seconde vie à mon sapin

 

Métropole à taille humaine, Dijon agit pour devenir, à terme, une ville de référence en Europe en matière d’écologie.

 
Le Grand Dijon, « ville respirable en cinq ans »
Le Grand Dijon est la seule collectivité de Bourgogne Franche-Comté retenue dans le cadre de l’appel à projets du ministère de l’Écologie « Villes respirables en 5 ans ». La communauté urbaine bénéficiera du soutien de l’État pour financer des projets visant à améliorer la qualité de l’air. Le Grand Dijon, référence écologique en Europe, est, selon l’Institut national de veille sanitaire, la seule grande ville française qui respecte les normes de qualité de l’air fixées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Tramway et bus hybrides, réseaux de chaleur urbains et chaufferies bois, piétonisation du coeur de ville, bâtiments écologiques… contribuent à ce succès.
 
La pose des premières canalisations du réseau de chaleur a débuté à l’occasion du chantier du tramway. Une façon intelligente de profiter de l’ouverture de tranchées pour poser les premiers tronçons du réseau qui, à terme, s’étendra sur 30 kilomètres entre le nord et l’est de l’agglomération. Des quartiers entiers, des immeubles d’affaires et des équipements publics pourront se connecter à ce réseau de chaleur, et ainsi contribuer à l’effort collectif en faveur de l’environnement tout en réduisant leurs dépenses de chauffage. Dijon s’engage ainsi en faveur du développement durable, dans la foulée des recommandations du Grenelle de l’environnement, qui préconise notamment de développer les réseaux de chaleur, peu développés en France alors qu’ils sont monnaie courante dans les pays d’Europe du Nord par exemple. Le Grand Dijon a confié à Dalkia, dans le cadre d’une délégation de service public, le soin de construire, d’exploiter et d’entretenir ce réseau de chaleur, pour lequel l’investissement est estimé à 40 millions d’euros (somme comprenant la construction de deux chaufferies dont une fonctionnant au bois).

Mais le Grand Dijon, qui a adopté son plan énergie climat baptisé 'Illico2', n’a pas attendu le Grenelle pour s’investir en faveur de l’environnement. Les choix urbanistiques et architecturaux opérés pour les nouveaux écoquartiers en projet ou en cours de construction attestent d’une volonté politique forte de bâtir une ville durable.

La construction du réseau de tramway et le remplacement des bus par une flotte de véhicules hybrides sont la déclinaison, dans le domaine des transports publics, de cette stratégie.

De la même manière, en quelques années, le Grand Dijon a rattrapé son retard en matière de vélo : des dizaines de kilomètres de pistes et de bandes cyclables ont été tracés, deux services de location de vélos (l’un de courte durée, l’autre de longue durée) ont été mis en place, et des services ont été créés (vélostation, atelier collectif…).

Le souci de l’environnement s’est également traduit par la conduite d’un chantier considérable : la mise aux normes de la station d’épuration de Longvic, qui a représenté un investissement de plus de 50 millions d’euros.

Le Grand Dijon veille également à ne pas gaspiller son énergie : un turbo-alternateur permet ainsi de fabriquer de l’électricité à partir de la chaleur dégagée par l’usine d’incinération des ordures ménagères, elle-même remise aux normes ces dernières années.  

Savoir +
 Dijon ville écologique, numéro spécial de juillet - août 2014, voir le document
 La Charte de l'environnement, mars 2004, voir le document
 La Maison de l'architecture et de l'environnement Latitude21, dont l'objectif est l'éducation et la sensibilisation du grand public et plus particulièrement des scolaires sur les grands enjeux de l'environnement, de l'architecture et de l'urbanisme, voir le site
 Rapport de développement durable de 2014-2015, voir le rapport