le Grand Dijon
Découvrir
 Economie
 Les missions
 Dijon ville capita...
 Dijon développemen...
 Guichet unique
 Instalisy
 Vitagora
 Secteurs d'activit...
 Activité en chiffr...
 Les zones d'activi...
 Etudes et doc
 Déplacements
 Environnement [Déchets-Eau-En...
 Urbanisme & Habitat
 Cohésion sociale et territoria...
 Enseignement & Recherche
 CarteCulture Etudiants
 Sport - Culture
 Complexe funéraire
 N.T.I.C.
 Europe et International
A votre service
Divia
Piscine
Latitude 21
Site Trions Nos Dechets
Zenith Dijon
Dijon

Liens
Documents
Chiffres clés
Contact
Cartographie


sam. 3 décembre 2016
 
Regards sur ...  
  Accueil / Découvrir / Economie / LES ZONES D'ACTIVITÉS
 
  Les zones d'activités / Clemenceau, City à la dijonnaise
 Des terrains pour accueillir les entreprisesL'écoparc Dijon Bourgogne
 Marché de l'agroLe parc d'activités de Beauregard
 Technopôle Agronov> Clemenceau, City à la dijonnaise <
 Le Parc ValmyExtension Capnord
 L'écopôle ValmyParc d'activités CapNord
 Le Parc Mazen-Sully

Clemenceau, City à la dijonnaise
 
Aux portes du centre-ville de Dijon, 47.000 mètres carrés de bureaux construits, imposant l'espace Clemenceau comme le quartier d’affaires moderne de la capitale de Bourgogne.

 

La construction des immeubles d’affaires de la Zac Clemenceau-Boudronnée a débuté avec la construction, par Bouygues, d’un immeuble d’affaires de huit étages, totalisant 15.000 mètres carrés de planchers, qui abrite un hôtel deux étoiles de 96 chambres, le siège de la Chambre de commerce et d’industrie de Dijon et une partie des services du Conseil général de Côte-d’Or.

Le rectorat, un bâtiment de l'architecte Rudy Ricciotti, comptant environ 600 agents, s'est installés dans une tour de 11 étages construite sur le dernier tènement disponible du quartier. Cette tour est composé de pierre agrafée issue du recyclage de déchets de granit blanc lumineux, comme une façade protectrice,  de larges bandeaux offrant un champ de vision panoramique depuis l’intérieur des bureaux. Et au cœur de l'édifice, une résille composée de brise-soleil en bois.

Tout à côté, s'élève, sur 8 étages, la tour Marbotte Plaza en forme de proue, commandé par le groupe Lazard et conçu par Architecture studio. Structure en béton et façade en panneaux de bois revêtus de lames d’aluminium, cette technique est très performante sur le plan de l’isolation. Elle est occupée par la banque LCL, la Chambre des Notaires de Côte d’Or, SMA BTP et des PME locales.

Les occupants de ces nouvelles tours sont venus rejoindre le siège de Fournier Pharma et l’École des greffes, centre de formation des greffiers des tribunaux de toute la France, ainsi que le Parc des congrès et des expositions et l'auditorium, ouvrage signé Architectonica .

Au premier plan, la tour du rectorat de l'académie de Dijon et au fond le Marbotte Plaza

 
La tour Élithis

Fin 2007, pour accueillir ses futurs collaborateurs et se donner un horizon de conquête, Thierry Bièvre, Directeur Général de la société Elithis Ingénierie, spécialisée dans les fluides techniques et la très haute efficience énergétique du bâtiment, et son équipe, ont décidé d’explorer le segment des bâtiments dit “à Energie Positive”. D'en figurer parmi les pionniers, ceci dans le cadre de la construction d'un immeuble de 5000 m² de bureaux et commerce. Ils sont passés à l’action en réalisant à Dijon la Tour Elithis. Ce bâtiment a été pensé sur un mode vertueux et exemplaire. Soutenus par la mairie de Dijon, les ingénieurs d'Elithis ont fait appel à un architecte de grand renom Jean-Marie Charpentier (Arte Charpentier Architectes) avec lequel ils ont travaillé en étroite collaboration.
 

La tour accueille le siège d'Élithis dans les étages supérieurs de cet immeuble en verre de 5.000 m². Au rez-de-chaussée, c’est un restaurant, tandis les cinq étages restants sont occupés par des entreprises (notamment un laboratoire d’analyses médicales), des professions libérales mais également le siège dijonnais de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe).

La tour Élithis utilisera toutes les technologies disponibles pour réduire la consommation d’énergie et pour produire sa propre énergie. Le velum rouge enveloppant la façade la plus exposée est en fait un bouclier thermique amenuisant naturellement le rayonnement solaire à l’intérieur. Par voie de conséquence, pas d’usage intempestif de la climatisation, bien que de grands vitrages couvrent le bâtiment. La lumière naturelle est d’ailleurs préférée à l’éclairage artificiel, qui est réduit au minimum. La ventilation est aussi régulée naturellement par un procédé d’aération aménagé dans les allèges (murs d’appui des vitres).

Un autre système permet en outre de rafraîchir l’air diffusé par vaporisation de fines gouttelettes. L’armature du bâtiment, associée au bois et à l’aluminium, participe elle-même de cette conception écologique visant à la simplicité dans le choix des matériaux. Des composants recyclés, comme l’ouate de cellulose, servent par exemple à l’isolation.

Biomasse et énergies propres.
L’innovation d’Elithis est aussi d’avoir su gérer ses propres circuits de production d’énergie à l’échelle d’un immeuble. Une minicentrale électrique d’une capacité de 82 000 kWh/an a été logée sous le toit, à l’étage technique. Grâce à 24 ondulateurs, le courant alternatif est fourni par des panneaux photovoltaïques couvrant toute la surface de la toiture. Un tiers de la consommation est ainsi produite. Cette électricité peut même être revendue et alimenter le réseau urbain. Une chaudière biomasse, fonctionnant aux granulés de bois, couvre en revanche les besoins en chauffage, afin de ne pas dépenser davantage pour tout l’immeuble que la consommation d’un pavillon. Même les eaux de pluie sont récupérées et raccordées aux sanitaires sans recourir à une pompe d’élévation. Avant qu’il ne soit rejeté à l’extérieur, l’air vicié est également recyclé. Expérimentale, la tour est en outre munie de 1 600 points de mesure pour évaluer précisément les économies d’énergie engrangées. Un panneau électronique extérieur, consultable aussi par Internet, en rend compte au jour le jour. " Nous voulons convaincre l’ensemble des acteurs et des usagers qu’une démarche écocitoyenne favorisant la préservation de l’environnement est réaliste, et même une source de rentabilité et de progrès", affirme Thierry Bièvre. Dans un but pédagogique, des visites seront organisées, notamment en direction des scolaires et lors de journées portes ouvertes.

Savoir plus sur la tour Elithis : http://www.tour-elithis.fr/

En d’autres termes, choisir Clemenceau, pour une entreprise ou un investisseur, c’est opter pour une visibilité optimale, au coeur d’une ville à forte qualité de vie, dans un quartier desservi par le tramway.