le Grand Dijon
Regards sur ...
 Institution
 Territoire & Attractivité
Découvrir
 Economie
 Déplacements
 Environnement [Déchets-Eau-Energie]
 Urbanisme & Habitat
 Cohésion sociale et territoriale
 Enseignement & Recherche
 CarteCulture Etudiants
 Sport - Culture
 Complexe funéraire
 N.T.I.C.
 Europe et International
A votre service
 Infos pratiques
Divia
Piscine
Latitude 21
Site Trions Nos Dechets
Zenith Dijon
Dijon

Liens
Documents
Chiffres clés
Contact
Cartographie


sam. 3 décembre 2016
  Accueil / Archives / Vivre dans... Le Grand Dijon / Vivre ensemble / AU QUOTIDIEN
 
 LA DYNAMIQUE COMMUNAUTAIRESe cultiver
 BougerConsolider entreprendre et développer
 Protéger et valoriserS'ouvrir et rayonner
 EquiperInnover
 > Insérer et prévenir <Respirer

 

L’honneur d’une démocratie se mesure à sa manière de traiter les plus faibles de ses concitoyens, dit-on.

Dans cet esprit, le Grand Dijon développe une forte action volontariste de cohésion sociale. Rénovation urbaine, accompagnement des chômeurs, prévention et sécurité, accueil des handicapés... Personne ne sera laissé en marge.

Politique de la ville : vers une véritable cohésion sociale
Le temps des vœux pieux prend fin avec le contrat d’agglomération : la cohésion sociale ne restera pas un simple discours, elle devient réalité. Ce qu’on appelle depuis deux décennies la « politique de la ville » est trop souvent resté incompréhensible pour le citoyen dans sa cité, dans son quartier, dans son bureau ou son usine.

Des quartiers de ville renouvelés
Le contrat d’agglomération engage une politique volontariste de renouvellement urbain. Les Grésilles à Dijon et le quartier du Mail à Chenôve font l’objet d’une convention ORU (Opération de Renouvellement Urbain) dans laquelle l’Etat apporte près de 11 millions d’euros.
D’autres quartiers bénéficieront d’une politique de renouvellement urbain : le Belvédère à Talant, le Bief du Moulin et Guynemer à Longvic, les quartiers centre de Quetigny, enfin, Greuze, Stalingrad, la Fontaine d’Ouche à Dijon.

Les services « emploi » connectés
Cette fois, c’est par des actes que le contrat d’agglomération s’attaquera à la cohésion sociale. En la renforçant, ce qui est un euphémisme : l’État s’est engagé à hauteur de 5, 6 millions d’euros à condition que l’agglomération se lance dans la mise en place d’un Plan d’insertion par l’économique (PLIE) auquel s’ajouteront :

  • une « ingénierie » d’insertion,
  • une mise en réseau des services « emploi » des communes
  • l’élargissement de la Mission locale à l’agglomération.

Le plan d’insertion par l’économique est ambitieux
Il permettra d’accompagner vraiment et de suivre réellement les personnes en difficulté, ce qui est essentiel. De même, pour tous les publics en insertion, cet accompagnement plus serré permettra d’étalonner les progressions réalisées par chacun lors des parcours d’insertion, stages ou formations. En fait, ce plan vise rien moins qu’à faire en sorte que tous ceux qui s’occupent d’insertion travaillent ensemble et que soit enfin dépassées les logiques liées à chaque institution.