le Grand Dijon
Regards sur ...
 Institution
 Territoire & Attractivité
Découvrir
 Economie
 Déplacements
 Environnement [Déchets-Eau-Energie]
 Urbanisme & Habitat
 Cohésion sociale et territoriale
 Enseignement & Recherche
 CarteCulture Etudiants
 Sport - Culture
 Complexe funéraire
 N.T.I.C.
 Europe et International
A votre service
 Infos pratiques
Divia
Piscine
Latitude 21
Site Trions Nos Dechets
Zenith Dijon
Dijon

Liens
Documents
Chiffres clés
Contact
Cartographie


mer. 7 décembre 2016
  Accueil / Archives / Vivre dans... Le Grand Dijon / Se loger / Construire et habiter / S'ÉQUIPER
 
 Quelle énergie ?L'énergie du sol : la géothermie
 > L’énergie solaire <Le cas de la chaudière
 L'énergie boisApprendre à réguler et programmer

 

 

L'énergie solaire

Le principe
Profiter du soleil pour produire de l’énergie… Voilà une idée simple mais qui a parfois du mal à prendre racine. Les progrès en matière de captage ont été importants. Le système est désormais performant et peut s’adapter à tous les besoins, collectifs et individuels. Il est aujourd’hui possible de bénéficier de l’énergie solaire quelle que soit la région où l’on se trouve.

Une solution :
Adapter ses besoins en fonction de l’ensoleillement dont on dispose. Plusieurs solutions s’offrent à vous, de l’équipement complet au simple chauffe eau.

La question du stockage :
Lles variations d’ensoleillement font sentir leurs effets. Afin d’y remédier, il est nécessaire de pouvoir stocker l’énergie récoltée.

Non, l’autonomie n’est pas totale,
mais les gains sont cependant substantiels. Une énergie d’appoint est nécessaire.

Les avantages.
L’énergie solaire est gratuite, non polluante et inépuisable tant que le bel astre ne nous tire pas un jour sa révérence.
Les avantages
L’énergie solaire est gratuite, non polluante et inépuisable tant que le bel astre ne nous tire pas un jour sa révérence.
Les applications
Le système combiné.
Il assure les besoins sanitaires (l’eau chaude) et le chauffage. C’est un équipement complet qui englobe aussi bien la chaudière, le réseau de distribution, le dispositif de stockage et les émetteurs de chaleur (radiateurs, dalles et plancher chauffants), le système de régulation… sans oublier l’indispensable système d’appoint.
Des capteurs orientés sud équivalents à 10% de la surface à chauffer sont nécessaires, soit 10 m2 de capteurs pour un pavillon de 100 m2 ; il faut alors compter sur un investissement de près de 10 000 €, tout compris. La réduction de la consommation sur le chauffage et le sanitaire peu alors atteindre 70 % sur une année.

Le chauffe-eau solaire.
Si l’on n’a pas forcément de gros projets d’installation en tête, il existe des solutions moins ambitieuses au niveau des travaux, plus abordables à l’installation mais qui profitent aussi des avantages de l’énergie solaire. Alors que le système combiné concerne le plus souvent des constructions neuves, le chauffe-eau solaire est bien plus simple d’installation et facile à mettre en oeuvre. En moyenne, il représente une surface de 1 m2 de capteurs par habitant et un investissement de 4 000 § matériel et pose comprise pour un foyer de 4 personnes. Le retour sur investissement s’effectue au bout de 8 ans, avec à la clé des bénéfices alléchants : une économie de moitié de l’énergie allouée à la production d’eau chaude. Et autant de bénéfice pour l’environnement ! Le chauffe-eau solaire fonctionne aussi bien pour l’habitat individuel que collectif, tout dépend de la surface de capteurs installée.

L’électricité solaire.
Produire de l’électricité avec du soleil, c’est possible avec les capteurs photovoltaïques. Pour ce qui est de l’alimentation générale d’un habitat, le système a de l’avenir mais reste pourl’heureinsuffisamment répandu. Dans l’agglomération, plusieurs habitants ont franchi le pas et ne le regrettent pas. La question du coût reste le seul frein à une généralisation. Il est aussi approprié à des applications spécifiques telles que l’alimentation d’équipements urbains (ex : horodateurs) ou l’éclairage autonome d’une terrasse ou d’un jardin. Pensez-y !

(Source guide éco-citoyen)