le Grand Dijon
Regards sur ...
 Institution
 Territoire & Attractivité
Découvrir
 Economie
 Déplacements
 Environnement [Déchets-Eau-Energie]
 Urbanisme & Habitat
 Cohésion sociale et territoriale
 Enseignement & Recherche
 CarteCulture Etudiants
 Sport - Culture
 Complexe funéraire
 N.T.I.C.
 Europe et International
A votre service
 Infos pratiques
Divia
Piscine
Latitude 21
Site Trions Nos Dechets
Zenith Dijon
Dijon

Liens
Documents
Chiffres clés
Contact
Cartographie


sam. 3 décembre 2016
  Accueil / Archives / Vivre dans... Le Grand Dijon / Se loger / Construire et habiter / S'ÉQUIPER
 
 Quelle énergie ?L'énergie du sol : la géothermie
 L’énergie solaireLe cas de la chaudière
 > L'énergie bois <Apprendre à réguler et programmer

 

 

L'énergie bois

Le principe
Le bois comme énergie de chauffe a longtemps été indispensable mais source de contraintes (alimenter le feu et plus tard le poêle, stocker le bois).
Aujourd’hui, il existe des systèmes très performants. Certains sont désormais automatiques et fonctionnent de façon autonome pendant plusieurs mois. La chaudière à bois est peut-être moins glamour que les bûches qui flambent dans une cheminée, mais elle est tellement plus efficace… Elle se nourrit de bûches bien sûr, mais aussi de plaquettes, de granulés et de produits dérivés issus de l’entretien de la forêt ou de la transformation du bois.
Les applications
Les plaquettes :
Ce bois déchiqueté en morceaux de 1 à 2 cm demande la présence de producteurs locaux et a besoin d’un volume de stockage important. Leur coût de revient est bon marché. C’est le moins cher après l’énergie solaire.
Les granulés :
Cette sciure de bois compactée est plus concentrée en énergie. Le produit demande moins de volume de stockage, mais il est plus coûteux que la plaquette. Il correspond grosso modo au prix du fioul.
Le choix du bon appareil :
Il dépend de vos envies et de vos ambitions, de la simple ressource d’appoint au système de chauffage à part entière.
Les avantages
Le bois est-il vraiment une énergie renouvelable ? La proposition ne tient pas au regard de la déforestation en Amazonie. Le principe ne s’applique que s’il existe une gestion raisonnée du patrimoine boisé.
La règle d’usage, c’est un arbre coupé = un arbre replanté qui absorbe le gaz carbonique issu de la combustion.
L’impact environnemental est neutre. En Bourgogne, on prélève la moitié de ce que la forêt produit annuellement en surplus. De plus, des sous-produits issus de l’industrie de transformation ou de l’entretien de la forêt sont utilisés.
Un bois de chauffe de bonne qualité dégage peu de gaz carbonique à la combustion. Il constitue une source d’énergie beaucoup moins polluante que les énergies fossiles. S’il y a bien eu plusieurs chocs pétroliers, le bois s’est toujours montré sûr et discret. Pas de flambée des prix ou de pénurie !

(Source guide éco-citoyen)