le Grand Dijon
Regards sur ...
 Institution
 Territoire & Attractivité
Découvrir
 Economie
 Déplacements
 Environnement [Déchets-Eau-Energie]
 Urbanisme & Habitat
 Cohésion sociale et territoriale
 Enseignement & Recherche
 CarteCulture Etudiants
 Sport - Culture
 Complexe funéraire
 N.T.I.C.
 Europe et International
A votre service
 Infos pratiques
Divia
Piscine
Latitude 21
Site Trions Nos Dechets
Zenith Dijon
Dijon

Liens
Documents
Chiffres clés
Contact
Cartographie


jeu. 8 décembre 2016
  Accueil / Archives / Vivre dans... Le Grand Dijon / SE DIVERTIR
 
 Au quotidien se divertir dans le Grand DijonLoisirs, spectacles
 > Richesse du patrimoine naturel <Une journée particulière
 Activités de plein air >  8 page(s)Se divertir : Le saviez vous ?
 Sciences et découverte

A elle seule, Dijon concentre 700 hectares de parcs et jardins. L’agglomération dans son ensemble accueille quant à elle plus de 2000 hectares de forêts.
Autour de la capitale des Ducs de Bourgogne, le "Grand Dijon" est constitué de vingt-deux communes. De l'amorce de la plaine de la Saône à celle de la côte viticole dont la renommée est mondiale, du canal de Bourgogne aux combes calcaires à la flore si particulière, du lac du Chanoine Kir au centre urbain de Dijon riche d'un patrimoine historique exceptionnel, un patrimoine précieux mais pas toujours apprécié à sa juste valeur… Au cœur même de la cité, le vert appose sa marque, de la Coulée Verte aux Allées du Parc avec en point d’orgue, le Parc de la Colombière. Et aux portes de la ville, des sites méconnus réservent leurs secrets, pour une échappée verte entre combes, bois et vignoble.

Découvrez le Grand Dijon grâce au Topo-guide qui vous permettra de découvrir pas à pas un territoire attrayant, attachant et réputé pour son art de vivre et sa gastronomie.

Savoir plus sur le Topo-Guide : " le Grand Dijon... à pied "


Le parc de la Colombière


L’agencement si particulier du lieu est dû à un disciple du célèbre Le Nôtre, jardinier à la cour du Roi-Soleil.
Près de 6 000 feuillus prennent ici la couleur des saisons.
Aujourd’hui encore, les habitants de la ville et de ses environs n’hésitent pas à rendre hommage à cette géométrie piétonnière, aujourd’hui  classée au Patrimoine Historique. Certains poussent le pas en famille, d’autres pédalent au grand air, prennent la foulée du jogger ou glissent au rythme du roller. Les enfants ont leurs espaces de jeux et apprécient le parc animalier. Au fil des années,  la Colombière a su conserver sa réputation et sa fréquentation. Elle reste encore un lieu d’oxygénation et de sociabilité au coeur de Dijon.

Les Combes : une géographie particulière :


Les combes impriment un dessin particulier à notre paysage.
Réunissant la pierre et le bois, elles permettent à toute une faune et flore de s’épanouir. Elles offrent un espace de promenade et de découverte, mais exigent certaines précautions… Attention, milieux fragiles !

La combe à la Serpent
Le parc de la combe à la Serpent fait partie du plan d’urbanisme qui incluait le lac Kir et le quartier de la Fontaine d’Ouche. Il n’en porte pas moins un nom bien plus ancien : « La serpent » était le nom que l’on donnait à la couleuvre. Il renvoie également à la célèbre légende de la vouivre.
Sur un peu moins de 330 hectares, 200 sont accessibles aux promeneurs. A quelques mètres seulement des grands ensembles de la Fontaine d’Ouche, la combe offre un beau résumé des paysages de la région, avec une végétation abondante faite de charmes, de chênes ou de saules. Règne aussi la scolopendre, indirectement popularisée par le capitaine Haddock. Ce n’est en fait ici qu’une fougère et  non le mille-pattes du marin barbu ! Elle  a su ici trouver une terre de prédilection. Entre préservation et aménagements, le parc de la Combe à la Serpent est un lieu où l’homme citadin et la nature cohabitent en harmonie.

La combe d'Ahuy
De la place Darcy aux champs d’Ahuy, 6 km seulement. Et pourtant, quel dépaysement ! Sur les terres de la commune, une combe encore peu connue propose un parcours d’un peu plus d’1,5 km. Milieu fragile mais bien préservé, elle offre un joli résumé de la Bourgogne calcaire, avec une faune, une flore et des microclimats spécifiques. La mairie d’Ahuy propose une documentation complète sur le sujet.
La flore.
25 espèces d’arbres et d’arbustes se rencontrent ici, 40 espèces de mousses, une vingtaine de variétés de champignons. Outre le prunellier et le pin, 11 orchidées différentes ont élu domicile dans la combe d’Ahuy. Leur floraison s’étale de mai à août. Le fusain, un arbuste, est aussi un enfant du pays. C’est bien lui qui, une fois chauffé, devient l’outil indispensable de l’artiste.
La faune.
Un joli nuancier vivant : du vert amande de la mante religieuse au brun de l’abeille, en passant par les jaunes, bleus, brun-fauves ou noirs des papillons. Entre autres invités de marque, le lézard vert est inscrit au patrimoine des espèces protégées.
La pierre.
La combe a ses falaises, des plans perpendiculaires de calcaire, hauts de 10m à 16m, aboutissant à une ancienne entreprise d’extraction. Symbole des lieux, un four à chaux rappelle que jusqu’au XIXe siècle, en plus de la vigne, l’autre activité économique d’Ahuy était la pierre.


Le Bois de Chevigny


Ce bois, aujourd’hui classé au rang des sites naturels majeurs dans la région, est accessible à tous.
Lorsqu’il est question de balades en forêt, les habitants ont tendance à pointer naturellement le doigt vers l’ouest. D’aucuns situeront ici à raison le fameux « poumon vert » dijonnais ! Pour autant qu’elle soit vraie, l’affirmation n’est pas exclusive.
Il n’y a qu’à changer de cap, direction l’est de l’agglomération, à Chevigny-Saint-Sauveur avec son bois de 300 hectares. Plongeant leurs racines dans les alluvions calcaires de la Tille, chênes, érables, tilleuls, saules et noisetiers font le charme de l’endroit. Ce bois, aujourd’hui classé au rang des sites naturels majeurs dans la région, est accessible à tous. Plaisir des yeux et des poumons… une véritable aubaine ! Mais un avenir menacé par la pression urbaine qui s’exerce dans ce secteur. Une conciliation reste à trouver entre les besoins d’expansion et le respect d’un patrimoine naturel.

Les visites vitico-géologiques à Marsannay-la-Côte

La Maison du Patrimoine et du Tourisme est à l'initiative depuis quelques années, de juillet en septembre, des visites vitico-géologiques.
Originales et pédagogiques, ces excursions rendent hommage à un décor qui fait la renommée de la région partout dans le monde. Ces balades intelligentes permettent de découvrir, sous l’égide d’un guide géologue, ce qui fait la richesse et la typicité du paysage. L’histoire des sols et leur rôle dans la haute tenue du vignoble local n’auront plus de secrets pour vous : les informations sont accessibles au plus grand nombre et le parcours se nourrit des discussions du groupe. La  randonnée conviviale  se termine verre en main, avec dégustation de vins locaux, gougères et jambon persillé au cellier du Prieuré.