le Grand Dijon
Regards sur ...
 Institution
 Territoire & Attractivité
Découvrir
 Economie
 Déplacements
 Environnement [Déchets-Eau-Energie]
 Urbanisme & Habitat
 Cohésion sociale et territoriale
 Enseignement & Recherche
 CarteCulture Etudiants
 Sport - Culture
 Complexe funéraire
 N.T.I.C.
 Europe et International
A votre service
 Infos pratiques
Divia
Piscine
Latitude 21
Site Trions Nos Dechets
Zenith Dijon
Dijon

Liens
Documents
Chiffres clés
Contact
Cartographie


jeu. 8 décembre 2016
  Accueil / Archives / Vivre dans... Le Grand Dijon / Protéger / MIEUX CONSOMMER
 
 Consommation et éthique> Pour une économie solidaire… <
 Bio ou pas bio ?Le commerce équitable



Le terrain où s’expriment les enjeux du commerce équitable a dépassé le cadre de la simple consommation courante. C’est bien l’ensemble des pratiques sociales qui est concerné. Pour preuve, les pratiques de l’économie solidaire.
Un certain nombre d’organismes proposent des produits financiers dont l’épargne et les revenus peuvent être utilisés pour soutenir et financer des activités de solidarité. Ces placements éthiques n’annoncent pas les profits financiers les plus juteux pour l’épargnant, on l’aura compris. Le bénéfice est ailleurs. Ils engagent une démarche participative et citoyenne. Des financeurs de tous bords font profiter non seulement de leurs capitaux, mais aussi de leur expérience et de leurs conseils. L’économie solidaire est une autre façon de créer des richesses et de les redistribuer.
Quelques exemples de financements solidaires : 

Un label : Finansol.
Si l’on n’est pas spécialiste de la finance, on peut avoir du mal à s’y retrouver dans le foisonnement des propositions. C’est pourquoi l’association Finansol qui assure la promotion de l’économie solidaire, a décidé de mettre en place un label. Celui-ci accrédite auprès du grand public le respect des conditions souscrites. Une garantie morale, donc, tout autant que technique.

La Nouvelle Economie Fraternelle (Nef) et le Crédit coopératif :
une banque nouvelle pour une économie fraternelle.
Organisme agréé par la Banque de France et entreprise solidaire, la Nef est un établissement de crédit en tous points semblable à ses concurrents, si ce n’est la finalité de l’entreprise. Elle fonctionne sur le principe d’une banque mutualiste et coopérative, tous ses clients étant aussi actionnaires. Les fonds mis en commun permettent de financer des projets à caractère écologique, culturel ou social. Le montant et la durée des prêts sont déterminés en toute transparence, sous le contrôle des sociétaires. Outre les parts de capital, la Nef propose tous les services classiques d’un établissement bancaire. Elle reçoit ici le soutien du Crédit Coopératif : compte courant géré par le Crédit coopératif à travers l’ouverture de comptes courants (avec chéquier, Carte bleue) et de livrets d’épargne. Les intérêts des dépôts à terme peuvent également être partagés avec une association ou une ONG (WWF, Habitat et Humanisme, etc). Moins de bénéfices, mais plus d’éthique.

Investir et soutenir : l’exemple des Cigales de Bourgogne
Club d’investisseurs pour la gestion alternative et locale de l’épargne solidaire…
Ce club de financement privé utilise son épargne pour aider à la création et au développement d’initiatives et de petites entreprises régionales, qui n’ont pas trouvé les faveurs des organismes du circuit traditionnel. En investissant, les Cigales acquièrent des parts de capital, assistent aux assemblées des sociétés créées et donnent des conseils jusqu’à l’équilibre financier et la viabilité des entreprises.