le Grand Dijon
Regards sur ...
 Institution
 Territoire & Attractivité
Découvrir
 Economie
 Déplacements
 Environnement [Déchets-Eau-Energie]
 Urbanisme & Habitat
 Cohésion sociale et territoriale
 Enseignement & Recherche
 CarteCulture Etudiants
 Sport - Culture
 Complexe funéraire
 N.T.I.C.
 Europe et International
A votre service
 Infos pratiques
Divia
Piscine
Latitude 21
Site Trions Nos Dechets
Zenith Dijon
Dijon

Liens
Documents
Chiffres clés
Contact
Cartographie


sam. 10 décembre 2016
  Accueil / Archives / Vivre dans... Le Grand Dijon / Protéger / MIEUX CONSOMMER
 
 Consommation et éthiquePour une économie solidaire…
 Bio ou pas bio ?> Le commerce équitable <





Tisser des liens nouveaux et établir un autre rapport
avec le produit consommé.
Il y a toujours échange et finance, mais cette fois, on rééquilibre la balance ! Ce qui est garanti, ce n’est pas le bas prix à tout prix, mais les conditions dans lesquelles s’effectuent le commerce. Le but est d’assurer une rémunération plus juste pour le paysan, l’artisan ou l’ouvrier, en veillant au respect des Droits de l’Homme (et de l’enfant !). Grâce à une activité économique soutenue, c’est aussi encourager au développement durable. La transparence se gagne sur l’étiquette : un logo ou un label certifie le respect des impératifs annoncés. Un texte introductif pourra identifier géographiquement et socialement le producteur. Le commerce équitable, c’est aussi la qualité qui gagne toujours plus de terrain.

La face cachée de certains produits

Fabriquer plus, à moindre coût et au meilleur profit : le credo a contribué à accentuer la fracture entre pays pauvres et pays riches et à creuser les inégalités dans le monde du travail.
A un bout de la chaîne, un acheteur heureux de s’approprier à moindre frais un produit dont il ne connaît finalement pas grand-chose, si ce n’est un logo ou une image de marque qui en justifie l’achat.
A l’autre bout, cachées derrière les commanditaires, les distributeurs et autres sous-traitants, bien souvent, des petites mains. Petits artisans ou récoltants, femmes et enfants dépendant du maigre salaire alloué, sans aucune mesure avec les bénéfices dégagés par les différents intermédiaires. Thé, café, jouets, chaussures et articles de sport sont quelques-uns des produits de consommation courante entachés par les pratiques peu scrupuleuses de quelques grandes marques internationales.

«Eco-citoyen», «consom’acteur» : des moyens pour dire non !
Le but n’est pas ici de culpabiliser ou d’imposer. L’important est de savoir qu’il est possible d’agir autrement et de montrer aux décideurs que le consommateur n’est pas un bipède ne vivant qu’en fonction des modes et ne pensant qu’avec son portefeuille.
Nous avons, tous, la possibilité de nous faire entendre par des moyens simples. Là encore, il faut savoir s’informer et suivre l’étiquette.
 



A l’heure actuelle, Max Havelaar est le label équitable le plus médiatique et aussi le plus accessible.

Toutes les grandes surfaces de l’agglomération dijonnaise lui ont octroyé une place dans leurs rayons ! Café, thé, cacao, jus d’orange, sucre de canne, chocolat, miel, bananes, mangues se retrouvent ainsi estampillés. Le label n’est pas l’œuvre d’un organisme public, mais d’une association. Celle-ci est née aux Pays-Bas en 1988, à la suite d’un appel lancé par une communauté mexicaine de producteurs de café. Elle ne vend et n’achète rien mais s’occupe d’octroyer la garantie et de superviser les contrôles. L’an dernier, 40 entreprises françaises avaient décidé de suivre le cahier des charges Max Havelaar, en liaison avec l’antenne française mise en place depuis 1992. Importatrice ou transformatrice, chacune d’elles doit fournir un audit annuel et une déclaration trimestrielle. Une ONG, Flo International, assure les contrôles sur le terrain : au total, 41 pays sont visités et 80 000 producteurs concernés.
« Pour vous, la  qualité. Pour eux, la dignité. Pour tous : l’équilibre »

¤¤¤
ARTISANS DU MONDE

L’association milite depuis trente ans pour des échanges commerciaux plus justes entre pays riches et pays pauvres.

A DIJON
Rue Charrue - 21000 Dijon
Tél : 03 80 44 97 33

Chaque année, une exposition-vente
(voir sommaire de cette page)

un site internet :
http://www.artisansdumonde.org/

Près de 100 points de vente et 4500 bénévoles sont répartis à travers la France.

A mi-chemin entre boutique et centre d’information, ses comptoirs proposent un catalogue de 1500 produits artisanaux et d’une centaine de produits alimentaires, fournis par une centrale d’achat, Solidar’Monde, en contact avec des producteurs issus de plus de 40 pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine.

L’éthique étiquette est le moyen de leur fournir une rémunération décente, de les soutenir, de les conseiller sur nos marchés, tout en respectant les traditions et les savoir-faire locaux.

Rendre visite à Artisans du monde, c’est bénéficier de l’histoire vraie du produit et d’une information sur les conditions de vie dans certains pays du tiers-monde. Là encore, une activité économique à visage humain.

En période de crise les producteurs Artisans du Monde ont besoin de nous, car ils souffriront plus que nous.
Ils ne demandent pas l'aumône, mais de vendre leurs produits.
Ne baissons pas les bras, en visitant leurs magasins, vous leur rendez visite, et ainsi vous les encouragez.