le Grand Dijon
Regards sur ...
 Institution
 Territoire & Attractivité
Découvrir
 Economie
 Déplacements
 Environnement [Déchets-Eau-Energie]
 Urbanisme & Habitat
 Cohésion sociale et territoriale
 Enseignement & Recherche
 CarteCulture Etudiants
 Sport - Culture
 Complexe funéraire
 N.T.I.C.
 Europe et International
A votre service
 Infos pratiques
Divia
Piscine
Latitude 21
Site Trions Nos Dechets
Zenith Dijon
Dijon

Liens
Documents
Chiffres clés
Contact
Cartographie


jeu. 8 décembre 2016
  Accueil / Archives / Tramway Le projet / PROJET TRAMWAY
 
 Présentation projet tramwayla Maison du Tram
 Enquête publiqueLe matériel roulant
 Les travaux du tram> Les ateliers exploitation & maintenance Tramway-Bus <
 Hypothèses d'aménagementCharte emploi-formation 2010-2013
 Opération Ticket

Présentation du Centre de Maintenance de Dijon Chenôve

Le Grand Dijon s’est investi dans un projet baptisé «Tramstore 21» («Tramstore» pour dépôt et «21» pour XXIe siècle) soutenu par le programme INTERREG IV B de l’Union Européenne consacré à la coopération entre les différentes régions de l’Europe.

Le 17 novembre 2010, le Grand Dijon a reçu tous les partenaires de cette plateforme d'échanges d'expérience autour de la construction de dépôt de tramway HQE (Haute Qualité Environnementale). Un projet complémentaire au Fil rouge que sera le tramway pour la cité durable de demain, dès l’automne 2012.

Télécharger la plaquette de présentation des Ateliers

Pose de la Première Pierre du Centre de maintenance
La pose de la Première Pierre a eu lieu le jeudi 9 décembre 2010, au Centre de maintenance, rue des Ateliers à Dijon. À cette occasion, la Charte partenariale pour l’emploi et la formation 2010-2013 a été signée.

Création du Centre de maintenance mixte tramway/bus
Dans le cadre de la réalisation de deux lignes de tramway et de la création du Centre de maintenance mixte tramway/bus, le Grand Dijon a acquis, le 17 septembre 2009, l'ancien site EMM (Entretien et Maintenance Matériel) de la SNCF.

Le 22 janvier 2009, le Grand Dijon signait une Convention de co-financement du programme de l'Union Européenne « INTERREG IV B NWE » du projet TramStore21, avec l'Union Européenne.

Par le biais de cette convention, l’Union européenne s’engage à financer l’investissement de quatre collectivités qui auront construit leur nouveau dépôt pour leur tramway : Bruxelles (Belgique), Blackpool (Grande-Bretagne), Rotterdam (Pays-Bas) et Dijon, à hauteur de 50%. 

TramStore21 est un projet européen d'échanges sur les dépôts de tramways, consacré à améliorer leurs performances techniques et environnementales, ainsi que la qualité de leur insertion urbaine.

Ces cinq partenaires européens vont, pendant cinq ans, échanger leur savoir-faire afin de  construire des équipements qui devront avant tout être fonctionnels mais également respectueux de l'environnement et du tissu urbain.
 

Un centre de maintenance exemplaire
Le Centre de maintenance Bus/Tramway est une parfaite illustration de l’action du Grand Dijon, tout d'abord en terme de respect du patrimoine historique SNCF et de la classe ouvrière qui a travaillé en ces lieux. Ensuite, en terme d’identité de la ville, par le fort symbole que représente l'héritage ferroviaire de Dijon, qui doit notamment son développement au XIXe siècle au chemin de fer, pour en faire un véritable carrefour des axes de communication européens Nord-Sud et Est-Ouest. Ce qui se trouve confirmé par l'arrivée, en décembre 2011, de la LGV Rhin-Rhône.

Ce site de mémoire s'inscrit dans l'histoire de la ville, et la volonté du Grand Dijon est de donner une seconde vie à ce patrimoine, tout en perpétuant en quelque sorte sa fonction originelle. Après plus d’un siècle de fonctionnement pour la SNCF afin d’assurer l’entretien et la maintenance des wagons, le bâtiment principal sera conservé et dédié au remisage des tramways.

Ce Centre de maintenance, cœur de l’exploitation du futur réseau des transports urbains dijonnais, est exemplaire dans le domaine du développement durable. Il va, sur un même site, regrouper l’exploitation, la maintenance et l’entretien des bus et des tramways.

Conçu par le cabinet Ferrand-Sigal, le dépôt concilie exigences fonctionnelles d’exploitation et prise en compte au meilleur niveau des enjeux environnementaux. Ainsi, dans une logique de cercle vertueux, les gravats issus des démolitions des bâtiments liés à la construction de la plateforme du tramway, ont été recyclés pour la réalisation de toutes les plateformes des voiries et bâtiments du Centre de maintenance. La consommation en eau potable sera fortement limitée en recyclant les eaux de lavage des bus et tramway permettant ainsi de récupérer jusqu’à 85% de la ressource.

Le bâtiment qui accueille les bureaux administratif et notamment le Poste de Commande Centralisée (PCC), véritable cerveau du réseau Divia, est un bâtiment à « très basse consommation », qui tend même à être passif au vu des efforts engagés par les concepteurs.

Les eaux pluviales sont gérées de manière optimale avec des bassins totalisant 3500 mètres cubes de rétention, des systèmes de traitement sont mis en oeuvre pour assainir ces eaux avant leur rejet dans le milieu naturel. De plus, des toitures végétalisées sur tous les bâtiments neufs, permettent une pré-rétention des eaux pluviales et la limitation des surfaces imperméabilisées.

Un hectare de panneaux photovoltaïques sont répartis sur les toitures des bâtiments et produisent 1GWh d’électricité par an (soit l’équivalent de 500 foyers) et permettent de compenser en totalité les besoins en énergie électrique du centre de maintenance, de produire un surplus d’électricité qui est réinjecté dans le réseau Erdf, et d’éviter le rejet d’environ 100 tonnes/an de CO2 dans l’atmosphère.
C’est Ineo, filiale du groupe GDF Suez qui a installé les 6200 modules, en vertu d’un des volets du contrat de Partenariat Public Privé pour les équipements électriques et l’approvisionnement en énergie du tramway signé en juin 2010.

Enfin, il s’agit du recours à un système de récupération de chaleur sur un réseau d’eaux usées situé sous la rue des Ateliers. Baptisé « Degrés Bleus », ce procédé innovant  et développé par la Lyonnaise des Eaux, permet de chauffer 150 équivalents-logements pour 100 mètres de linéaire de canalisation d’eaux usées exploitées.

Voir le plan
Voir le plan