le Grand Dijon
Regards sur ...
 Institution
 Territoire & Attractivité
Découvrir
 Economie
 Déplacements
 Environnement [Déchets-Eau-Energie]
 Urbanisme & Habitat
 Cohésion sociale et territoriale
 Enseignement & Recherche
 CarteCulture Etudiants
 Sport - Culture
 Complexe funéraire
 N.T.I.C.
 Europe et International
A votre service
 Infos pratiques
Divia
Piscine
Latitude 21
Site Trions Nos Dechets
Zenith Dijon
Dijon

Liens
Documents
Chiffres clés
Contact
Cartographie


jeu. 8 décembre 2016
  Accueil / Archives / Renouvellement urbain / LES PRU À DIJON
 
 Objectifs> Changer l'image des quartiers <

L

L’ambition de la Communauté de l’agglomération dijonnaise, de la ville de Dijon et de leurs partenaires sur le projet de Renouvellement urbain du quartier des Grésilles ainsi que sur le quartier de la Fontaine d'Ouche, est d’installer un levier en faveur d’une cohésion économique et sociale renforcée.
L’habitat est prioritairement transformé.
Dans le quartier des Grésilles, l’immeuble Billardon (250 logements sur 14 étages) a été détruit le 4 juillet 2003. Pour permettre le relogement des habitants de cette cité, le Grand Dijon, en association avec les bailleurs (organismes assurant la gestion du logement social) a mis en place une structure originale s’appuyant sur l’OPAC. Sur place, les habitants ont trouvé la possibilité d’une résidence dans de très bonnes conditions. L’opération de relogement a pris fin en décembre 2002. Ces habitants pourront également avoir accès aux 600 logements  (dont 20% de logements sociaux) dont la construction est en cours dans l’ancien quartier militaire Junot. Bloquée depuis de nombreuses années, la mobilité résidentielle redevient ainsi une réalité.

Après la déconstruction des barres de Billardon et les Lochères, l’implantation de la ZAC Champollion, axée autour de cinq objectifs, a été effectuée. Premier axe : favoriser la mixité des fonctions, par l’implantations de bureaux dans des nouveaux locaux : pour la DRASS, la DDASS et L’ARH, la CPAM et le CNFPT. 300 emplois devraient ainsi être activés au sein de ces nouveaux services. Second axe d'inrevention : la construction de nouveaux équipements publics (en phase d'achèvement fin 2006) : une bibliothèque municipale annexe, un mur d’escalade et une salle des fêtes sont dorénavant construits et ouverts au public (voir plus bas). Troisième axe : favoriser la mixité de l’habitat : La diversité et la qualité primant sur la quantité, 80 logements seront à terme reconstruits. Quatrième axe : renforcer l’armature commerciale du quartier pour offrir plus de services de proximité. Enfin, requalifier l’espace public et le paysage : la promenade des Lochères sera aménagée dans ce sens.

Les Grésilles sont en pleine mutation
De « ghetto », composé de barres d’immeubles devenues pour beaucoup insalubres, le quartier a commencé sa révolution. Un projet ambitieux qui prévoit progressivement de réintroduire emplois, services et qualité de vie. Si le processus est long, plusieurs grands projets structurants ont vu le jour rapidement.

Logements, emplois, services de proximité, commerces, cadre de vie, l’opération de renouvellement urbain lancée en 2001 a l’ambition de modifier la vie des habitants du quartier. Face à la logique de ghettoïsation d’abord, en ouvrant ce quartier grâce à une série d’opérations. Le quartier gardera demain son identité mais en renforçant ses liens avec le reste de la ville, grâce aux infrastructures dont 4 lignes de bus.

Délaissées pendant trop longtemps, les Grésilles sont dotées de plusieurs équipements utiles à tous. Premier d’entre eux, la salle des fêtes ouverte fin 2005, peu avant la médiathèque inter-quartier, à proximité, venue compléter le cadre convivial et culturel de ce quartier en mutation. Côté sport, un gymnase et un mur d’escalade – 1,5 M€ – ont été réalisés à proximité d’Epirey, concrétisant ainsi la volonté de n’oublier aucune partie du quartier.

Bien sûr l’essentiel concerne le logement. Plus de 660 nouveaux logements seront construits à terme. Les uns viendront remplacer ceux détruits – 400 – dans la lignée de Billardon, d’autres s’y ajouteront. La priorité sera donnée aux familles à reloger. Maisons individuelles, immeubles de petites tailles se côtoieront pour tenir compte de l’évolution des modes de vie et de la composition des foyers.

Les formes d’accession seront variées. Locatif public, locatif privé, 105 en accession à la propriété, toutes les possibilités seront offertes avec 51 % de logements à loyers modérés dans les nouvelles constructions pour accroître la mixité sociale par une baisse relative du nombre de logements sociaux sur les 4 000 prévus à l’horizon 2011. Bien sûr l’existant sera pour l’essentiel maintenu mais un effort considérable sera fait en matière de rénovation, de qualité de l’habitat sans oublier les abords.

Par la recomposition de l’espace public, tous les secteurs seront reliés à l’avenue des Grésilles et au centre du quartier entièrement repensé. Plusieurs milliers de m² de surfaces commerciales, une maison de service public participent également avec le futur marché à la reconstruction du quartier.

Qui dit logements dit aussi emplois. Après l’ouverture déjà réalisée du nouveau magasin d’alimentation, de nouveaux commerces et services profiteront aux habitants.

Cet ambitieux programme est évalué 16,5 millions d’euros. Il est cofinancé par la ville de Dijon, la Communauté de l’agglomération, le Département, la Région, la Caisse des dépôts et des Consignations, l’Etat et l’Union Européenne,  dans le cadre des opérations de renouvellement urbain bénéficiant aux quartiers particulièrement touchés par le chômage, les difficultés sociales ou l’échec scolaire. Elles intègrent également une dimension nouvelle pour ce genre d’actions, la concertation et un effort particulier pour l’information des habitants, comme l’illustre la «maison du projet», dans la mairie annexe, donnant à chacun l’occasion de s’informer.

Nouveaux équipements : une Médiathèque, un mur d'escalade, de nouveaux sièges d'organismes publics,... le quartier des Grésilles change. Précisons enfin pour donner une note plus optimiste encore quant à l'avenir du quartier des Grésilles, que celui-ci sera irrigué par une ligne de tramway dès la fin de l'année 2012.

Nouvelle jeunesse pour le centre commercial de la Fontaine d'Ouche
Les études et la concertation engagées depuis 2001 sur le quartier de la Fontaine d’Ouche et notamment sur son centre commercial ont abouti, fin 2006, à la signature d’un protocole d’accord entre la ville et les sociétés Eureca et Erdec, respectivement promoteurs et investisseurs. Toutes les deux ont répondu au projet de rénovation du quartier. Après les incontournables études techniques, la réalisation concrète. Les habitants pourront suivre l’évolution du chantier. Il sera réalisé par tranches, permettant ainsi le maintien de l’activité commerciale.
Ainsi, courant 2010, l'agrandissement du parking du Centre commercial en surface, au droit du Boulevard Bachelard reconfiguré, avec la création de voies bus et d'un rond-point au carrefour de ce boulevard avec le boulevard Chanoine Kir.

Au final, verront le jour, un supermarché de plus de 3000 m², un magasin de sport, une surface de bricolage et de jardinerie, un ensemble de petits commerces – franchises nationales et des activités tournées vers le commerce équitable. Sans oublier bien sûr les abords, parkings et espaces verts, qui seront complètement réhabilités. Bref, une nouvelle jeunesse pour cette zone commerciale qui constituera demain le poumon d’activités de la Fontaine d’Ouche.

Plus d'actualités sur le site de la ville de Dijon : www.dijon.fr