le Grand Dijon
Regards sur ...
 Institution
 Territoire & Attractivité
Découvrir
 Economie
 Déplacements
 Environnement [Déchets-Eau-Energie]
 Urbanisme & Habitat
 Cohésion sociale et territoriale
 Enseignement & Recherche
 CarteCulture Etudiants
 Sport - Culture
 Complexe funéraire
 N.T.I.C.
 Europe et International
A votre service
 Infos pratiques
Divia
Piscine
Latitude 21
Site Trions Nos Dechets
Zenith Dijon
Dijon

Liens
Documents
Chiffres clés
Contact
Cartographie


sam. 10 décembre 2016
  Accueil / Archives / Renouvellement urbain / L'ORU DU MAIL À CHENÔVE
 
 Objectifs> Le Quartier du Mail <
 Chenôve construit un coeur de ville




Quartier du Mail à Chenôve :
le pari du renouvellement urbain

Le 3 novembre 2010, la démolition de la barre Rude poursuit l'opération de renouvellement urbain du Quartier du Mail à Chenôve.

Rappelons quelques grandes étapes de cette opération. Le jeudi 26 février 2004 à 11 heures, l’immeuble Charles Péguy s’est écroulé,  transformé en gravats. En quelques secondes, la technique du foudroyage, utilisée par la Société marseillaise de démolition (SMD), a fait disparaître du paysage, en toute sécurité, cette immense tour de 10 étages contenant 132 logements. L’ensemble du parc locatif social du quartier du Mail à Chenôve marquait ainsi par cet événement le départ d'une vaste restructuration destinée à « dédensifier » l’habitat et à améliorer la qualité de service offerte aux habitants. Estimée initialement à 2,5 millions d’euros, financée à hauteur de 50% par l’Etat et l’Europe, la déconstruction de l’immeuble Péguy, l’un des points forts de l’Opération de Renouvellement Urbain (O.R.U.) a permis de faire disparaître un bâtiment qui n’était plus aux normes actuelles, et de reloger ses locataires dans des appartements décents. En avril 2008, ce fut le tour de l'immeuble Charcot. Enfin, le 3 novembre 2010, la démolition de la barre Rude.

Un habitat social plus qualitatif
Au-delà du volet purement urbain, la municipalité de Chenôve, l’OPAC (propriétaire des immeubles) et la Communauté de l'agglomération dijonnaise se sont mobilisés pour étudier au cas par cas les demandes de relogement formulées par les locataires. Pour cela le dispositif MOUS (Maîtrise d’œuvre urbaine et sociale) relogement a été réactivé. Mobilisé pour la 1ère fois lors de la déconstruction de Billardon, à Dijon, ce dispositif a permis d’accompagner les familles dans leur parcours résidentiel par une écoute attentive et la signature d’une charte d’engagement. Les responsables politiques doivent mettre l’humain au cœur de leurs préoccupations. Ou encore, selon une belle formule : L'humain, au coeur de l'urbain.
Rien ne se fera sans avoir consultés les habitants de ces quartiers. Les aspirations de la population sont largement prises en compte. Le volet social s’articulant et se coordonnant parfaitement au projet urbain, la démarche a été couronnée de succès. Pour une grande majorité d’entre eux, les locataires des immeubles sont satisfaits des propositions faites par les bailleurs sociaux. Exemple pour l'immeuble Péguy : 57 % des locataires sont restés  à Chenôve, 25% ont déménagé à Dijon et 13% se sont installés dans d’autres communes de l’agglomération.
Après la déconstruction de l’immeuble Péguy, l’O.R.U. s'est poursuivie par la restructuration du centre commercial Saint-Exupéry, situé à proximité, dont l'achèvement a été effectif courant 2006. D'autres aménagements ou restructurations (interventions sur les équipements publics, requalification des espaces publics, résidentialisation, aménagement des abords des bâtiments, constructions,...), ont suivi, tout cela, au cœur du projet, avec une participation attentive de tous et en concertation avec la population (information régulière des habitants, démarche participative, stratégie de communication et outils de concertation adaptés, démarche de gestion urbaine de proximité).

Une nouvelle page de l’histoire à écrire
L’O.R.U initiale, programmée jusqu’en 2006, a marqué le début d’un remodelage global du quartier du Mail amorcé par la municipalité, en étroite collaboration avec ses partenaires (Grand Dijon, Etat, Conseil Général de la Côte d'Or, Conseil Régional de Bourgogne,…). Pour atteindre les objectifs fixés (soutenir les copropriétés privées, renouveler l’habitat, restructurer l’espace public, requalifier les centres commerciaux et développer les services de proximité…), l’opération aura coûté 30 millions d’euros sur 7 ans, auquel il convient d'ajouter l'avenant du dossier ANRU 2005-2011.

Un premier avenant au dossier ANRU pour la période 2005-2011, a en effet été signé en janvier 2007, à hauteur de 113,34 M €. Cet avenant permettra une transformation radicale du grand ensemble afin de l'inscrire dans un véritable projet de ville. Un second avenant permettra de poursuivre la réflexion en élargissant le périmètre  de l’étude urbaine à la restructuration du centre commercial Kennedy (possibilités d’extension, à la marge et dans des proportions réduites, des programmes de construction prévus sur le secteur Fontaine du Mail, définition des fonctions et des usages à développer sur le Cours Général-de-Gaulle sans pour autant envisager sa mise en circulation). A l'issue de l'opération, 366 logements auront été détruits dans 4 barres ; 505 logements seront construits, dont 245 à loyer modéré et 260 en accession à la propriété ou locatif libre. 5 bâtiments seront également résidentialisés soit 414 logements, des équipements publics seront installés (voir plus bas). 

Trois grands secteurs d'intervention : de Kennedy à la Fontaine du mail, le cours Général-de-Gaulle et ses franges, enfin, le coeur de ville, de la place Coluche à l'Hôtel de ville. Marquée par l’image d’une  "banlieue sensible" où se concentreraient tous les problèmes urbains, la Ville de Chenôve entreprend de nombreuses réalisations afin de projeter un nouveau centre-ville autour de points d'appui : l'Hôtel de ville, le centre commercial Saint-Exupéry (inauguré en décembre 2205 et dont la rénovation est particulièrement réussie), la place Coluche accueillant le marché le dimanche matin, le Mail constituant l'artère de liaison entre la rue Saint-Exupéry et la piscine.

L’O.R.U. devrait aboutir à modifier en profondeur le visage de Chenôve, car cette dynamique, impulsée par l’ancien maire Roland Carraz, poursuivie par le maire Jean Esmonin et son équipe, contribue à améliorer en profondeur la mauvaise perception de la commune. Ainsi, successivement réalisés, en cours et en projet, la création d'une plateforme insertion–prévention–santé, la démolition des bâtiments n°65 et n°71, l'amélioration de la qualité de service dans les immeubles "Boucher" et "Berlioz" ; la réhabilitation programmée de l'immeuble "Bastié" ; les démolitions programmées de l'immeuble "Charcot" (avril 2008), "Rude" (2010) ; la création d'une nouvelle voie reliant les rues Armand-Thibaut et Saint-Exupéry (entre l'Hôtel de ville et la Place Coluche), le déplacement de l'agence postale sur la Place Coluche (en lieu et place de l'immeuble "Lamartine" démoli partiellement), ainsi que celui du groupe scolaire situé dans les locaux de l'Hôtel de ville, la création d'un pôle d'équipement public (en vis-à-vis de l'Hôtel de ville), la création d'une Maison de la petite enfance (dont la première pierre a été posée le 6 juin 2007), l'ouverture de l'Hôtel de ville sur le centre-ville et le quartier : autant d’interventions et donc d'évolutions, parmi d'autres,  destinées à améliorer le cadre de vie des habitants de la 2e ville du l'agglomération dijonnaise.

Sans compter avec l'arrivée du tramway dès 2013 au plus près de l'Hôtel de ville, ce qui fera de ce nouveau quartier un coeur de ville agréable à vivre, mais surtout là où pourront se nouer de belles solidarités.

Voir les actualités de la commune de Chenôve et sur le nouveau visage du Quartier Saint Exupéry

 


Plus d'infos sur le site de la Ville de Chenôve : www.ville-chenove.fr